Français

DEUTSCHENGLISHESPAÑOL ☆ NEDERLANDS

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE (PDF)

BROCHURE À TRAVERS ISSUU

INSCRIVEZ-VOUS ET PAYEZ SUR LE SITE EVENTBRITE

Le 10 septembre 2021, la maison d’édition Rozekruis Pers présentera le livre Les lieux où souffle l’Esprit. Le Sabarthez comme miroir de l’humanité. Antoine Gadal 1877-1962, Vie, œuvre et transmission de la gnose cathare à Tarascon-sur-Ariège. À l’occasion de la parution de ce livre, un symposium est organisé ayant pour titre

Le fil d’or du libre esprit.

Le symposium aura lieu les 10, 11 et 12 septembre 2021 au Centre Culturel François Mitterrand à Tarascon et à la Maison des Jeunes et de la Culture. Il réunira un ensemble de scientifiques, philosophes et musiciens internationaux, partageant un grand intérêt pour le Sabarthez et l’Ariège, et présentera des sujets qui mettent en lumière l’histoire humaine millénaire de la région.

Cet évènement a pour thème l’être humain et son esprit libre.

Différents aspects seront abordés ; des auteurs de différents domaines démontreront comment cette libre pensée s’est manifestée dans le Sabarthez, cette région particulière de l’Ariège. L’histoire des pétroglyphes fascinants, la tradition orale secrète de la région, l’art de l’esprit libre au Moyen Âge, la tension entre matérialisme et idéalisme à travers l’histoire, le rôle des femmes dans le catharisme et l’amour courtois des troubadours feront partie des sujets abordés par d’éminents orateurs.

Ils esquisseront un tableau moderne de l’état de l’art et des connaissances
dans tous les champs d’intérêt auxquels Antoine Gadal portait une attention particulière, il y a cent ans. Ce fils du Sabarthez, né à deux pas de l’endroit où se déroule le colloque, a vu dans chacun de ces domaines l’influence de cette pensée toujours indépendante qui se manifeste dans le cœur des habitants de cette région. Et il a découvert que son origine réside dans la simplicité et l’ouverture de cœur et d’esprit avec lesquelles les habitants du Sabarthez ont vécu, ont approché et défendu leur territoire, leur richesse spirituelle et leur christianisme dans sa plus pure authenticité. Il a vu que sa tâche était de préserver cet esprit de liberté, de fraternité et d’amour.

Pendant le colloque, un ensemble, formé par Louis Merlet (viola alto), Sylvain Imbs (piano) et Christian Koenig (flûte de pan) et composé spécialement pour l’occasion, interprètera « Voix du Sabarthez à travers les âges ».

Inscription et informations

Inscription au symposium et au concert des 10, 11 et 12 septembre 2021. Le concert de Jordi Savall le samedi soir dans la Grotte de Lombrives fait partie du symposium. Le coût du symposium incluant le concert est de 150 € par participant. Les participants doivent organiser eux-mêmes leur hébergement et leurs repas.

Vous pouvez vous inscrire de la manière suivante :
Allez sur le site https://spiritualtexts.academy/gadal où vous trouverez un lien direct pour vous inscrire sur le site Eventbrite et effectuer votre règlement.

Il n’est possible de commander qu’un billet à la fois pour le symposium. Pour tout billet supplémentaire il faut se reconnecter à partir de la procédure de départ.

INSCRIVEZ-VOUS ET PAYEZ SUR LE SITE EVENTBRITE

Après inscription et règlement vous recevrez par la suite une documentation complémentaire.

La mairie de Tarascon a élaboré un programme de visites touristiques à prix préférentiels. Plus vous visitez de sites, plus le prix devient avantageux. Il s’agit du Parc de la Préhistoire, de la Grotte de Niaux, du Château de Foix, de la Grotte du Mas-d’Azil, de la Grotte de Bédeilhac et du Palais des Évêques à Saint-Lizier.

Il y a également plusieurs visites gratuites dont la Salle Gadal et le dolmen de Sem. De plus trois autres visites spéciales sont possibles à un prix fixe incluant une réduction.

  1. Visite guidée de 2 heures de Lombrives (10 €) (www.grottedelombrives.com avec
    le code du symposium).
  2. Visite de 2 heures des Bains du Couloubret à Ax-les-Thermes (17 €)
    (www.bains-couloubret.com avec le code symposium).
  3. Visite du Château de Montségur (les informations seront disponibles ultérieurement).

La visite de ces trois sites n’est pas incluse dans le prix du symposium.

À la fin août au plus tard, vous recevrez vos cartes de participation au symposium, au concert dans la grotte de Lombrives et aux visites touristiques à prix réduit. Vous recevrez également un livret avec les textes du symposium dans votre langue (allemand, anglais, français, néerlandais ou espagnol).

Informations générales

  1. Les interventions au cours du symposium se feront principalement en français. Il y aura au moins deux conférences en anglais.
  2. Les règles Covid-19 en vigueur en France au moment du symposium devront être très strictement observées.
  3. Tous les visiteurs sont responsables du respect des mesures anti-Covid (voyage, hébergement, et documents nécessaires).

Toute information complémentaire suivra sur le site https://spiritualtexts.academy/gadal

 

1. DIEU EST AMOUR, Mirjam Duivenvoorden conservateur Archives Gadal dans la Bibliotheca Philosophica Hermetica à Amsterdam et co-auteur du livre Les lieux où souffle l’Esprit

“Dieu est Amour” , telle était la devise d’Antoine Gadal. Dès son plus jeune âge, il s’est consacré à cette devise essayant de mettre en pratique la réalité de cet amour au niveau humain.

  • au XIXe siècle déjà, en tant que benjamin du Félibrige, à la recherche de la sublime beauté de l’esprit, dans la poésie et la littérature.
  • dès l’âge de vingt-trois ans comme instituteur au village de Montceaux-lès-Provins en Champagne ;
  • comme capitaine dans les tranchées de la Grande Guerre ;
  • puis en tant que spéléologue, archéologue et président du Syndicat d’Initiative.

Il s’est toujours attaché à tenter de rendre l’homme réceptif à la beauté et au silence des grottes, dans lesquelles l’être humain peut percevoir le sacré. Il a recherché les origines du christianisme cathare pur, tel qu’il a été vécu dans le Sabarthez et dont il avait entendu parler à mots couverts lors de ces déplacements dans la région.
Et à partir du moment où il s’est fait une image claire de cette pure filiation contenant sa devise, il a mis tout en œuvre pour qu’elle soit transmise. Cette mission lui a été confiée en 1897 par Adolphe Garrigou, presque centenaire à l’époque, et considéré comme le “patriarche bien-aimé” du Sabarthez.

2. LES CAVERNES DU VOLP : un sanctuaire magdalénien exceptionnel, Robert Bégouën historien, fondateur de l’Association Louis Bégouën, conservateur des trois cavernes du Volp

Les cavernes du Tuc d’Audoubert et des Trois-Frères furent découvertes en 1912 et 1914 par trois adolescents, Max, Jacques et Louis Bégouën. La décision de ne pas les ouvrir au public est aussitôt prise. Cette position s’explique par le fait que leur famille s’intéresse déjà depuis deux générations à l’origine de la vie et à celle de l’homme.
Leur grand-père, le comte Maximilien Bégouën (1826-1885), est un humaniste érudit et polyglotte. Haut fonctionnaire en poste à Toulouse en 1872, il rencontre Émile Cartailhac. Henri, son fils, va continuer ses recherches. En 1912, lors de la découverte du Tuc d’Audoubert, Cartailhac est le premier averti et va prodiguer ses conseils. Deux ans plus tard, la caverne des Trois-Frères est explorée, avec ses innombrables et fines gravures. Les Bégouën ont conscience que le patrimoine qu’ils découvrent est un patrimoine humain dont ils sont responsables, et décident de le réserver à la science. Fondée en 1989, l’association Louis Bégouën perpétue cette philosophie qui a permis à ces grottes de nous parvenir intactes à ce jour.

3. L’ART PALÉOTHIQUE DES GROTTES ORNÉES ou l’audace paradoxale de la représentation, Philippe Grosos professeur à l’Université de Poitiers, philosophe, auteur du livre Signe et forme. Philosophie de l’art et art paléolithique.

À concevoir l’art comme une activité symbolique, il est raisonnable de dire que son inscription dans l’histoire de l’humanité est extrêmement ancienne. Et si l’on en pense l’origine à partir de la réalisation des premiers bifaces (tant ils requièrent une maîtrise de l’abstraction et de la symétrie), alors il est même possible d’en faire remonter la naissance à l’activité des Australopithèques, il y a un peu plus de 3 millions d’années.
Pourtant, autour de 40 000 ans avant notre ère, un type de production artistique nouveau est apparu. Homo sapiens – celui que nous sommes toujours – a alors pour la première fois produit, puis répandu, la figuration artistique, donnant ainsi naissance à l’art pariétal, aussi bien en Europe occidentale qu’en Indonésie.
Prenant appui sur les abondantes représentations d’art pariétal qu’il est possible de découvrir dans les grottes ariégeoises, mon propos sera de questionner l’audace qu’il a fallu à ces individus pour dessiner, peindre, graver, et parfois même modeler, des figures. À défaut de pouvoir raisonnablement comprendre ce qui explique ce passage à la figuration, il s’agira ici de se demander ce que ce saut, cette discontinuité, a rendu possible. Qu’est-ce qu’une telle audace de la représentation a pu engager pour la suite de notre histoire, à nous Homo sapiens ?

4. LE SOUFFLE DE L’ESPRIT ET L’ÉNERGIE SPIRITUELLE, Eric Palazzo, professeur d’histoire de l’art du Moyen Âge à l’Université de Poitiers et de Princeton et auteur du livre Peindre c’est prier. Anthropologie de la prière chrétienne

La conférence propose d’explorer le thème de l’esprit de liberté dans la pensée théologique chrétienne de l’Antiquité et du Moyen Âge à partir du concept particulier de l’énergie spirituelle. En perspective chrétienne, l’énergie est d’abord celle permettant de définir la «vraie» nature de Dieu. Elle est ensuite la force spirituelle transmise à l’Homme par Dieu pour lui permettre d’accomplir son voyage spirituel aussi bien sur terre que dans l’au-delà, et afin de lui donner l’accès à la vision « face à face » du Christ trônant en majesté pour l’éternité.
La conférence explore ensuite différentes formes de la traduction visuelle de l’énergie spirituelle, notamment à partir du motif particulier de la spirale et de sa signification en lien avec la figure du Christ, prise aussi bien dans sa dimension spirituelle que corporelle.

5. LA LIBERTÉ DE CONSCIENCE DANS LE CATHARISME OCCITAN, Eduard Berga Salomó, Auteur du Sabiduría del Silencio et Le Catharisme dans la tradition spirituelle de l’Occident

L’une des principales contributions du catharisme occitan au développement et au progrès de la culture occidentale en Europe a été son effort pour libérer la pensée individuelle du dogmatisme religieux étroit dans lequel l’Église romaine avait placé la société pour « confiner » leurs consciences. Grâce à l’énorme influence qu’il a eue sur toutes les couches sociales de son temps, le catharisme a non seulement contribué à une connaissance directe des textes sacrés, mais il a également placé l’enseignement chrétien dans son sens le plus pur, essentiel et pratique: chercher Dieu avant tout et aimer les autres comme soi-même.

Les paroles de l’humble pasteur Pèire Mauri, croyant cathare, quand Bélibaste lui reproche ses bonnes relations avec des personnes qui ne sont pas de sa foi, sont significatives: “Nous devons faire du bien à tout le monde, car on ne sait pas qui est bon et qui est mauvais”.

6. SUR LES AILES DE L’AMOUR, Fin’amor et catharisme, une rencontre entre éros et agapè,  Maria Bartels, philosophe néerlandaise, auteur de deux publications : Zijn in ontmoeting (Être en rencontre) et Zin in kwaliteit (Le sens de la qualité)

L’amour joue un rôle vital dans le catharisme aussi bien que dans la fin’amor. Mais il s’agit de quel amour exactement et quel est le rôle qu’il joue ? La fin’amor trouve sa source dans l’Éros platonicien, tandis que le catharisme, bien qu’influencé par le platonisme, se base sur l’amour chrétien : l’agapè ou le caritas. Tout en étant enracinés dans un contexte spirituel, ces deux concepts d’amour diffèrent dans leur point de départ, leur aspiration et leur expression. Où est-ce que ces deux amours nous portent et qu’est-ce qu’ils ont à donner ? Comment les retrouver dans notre propre expérience ? Est-ce qu’ils sont incompatibles en faisant chacun un chemin opposé à l’autre, ou est-ce qu’il y a un point de rencontre possible ? Est-ce qu’ils restent inconciliables ou est-ce qu’ils pourraient se compléter ?
La réponse se trouve dans la plus silencieuse intimité de notre âme, ce lieu de transformation où les deux amours trouvent leur sens le plus profonde et leur capacité de déployer leurs ailes. De là éros et agapè peuvent animer nos vies et nos actions, ainsi que nos relations avec les autres, le Divin et le monde qui nous entoure.

7. ENTRE VIE QUOTIDIENNE ET SACERDOCE, Le catharisme, un espace de liberté pour les femmes ? Gwendoline Hancke historienne, auteur des livres Femmes en Languedoc et Le Miroir d’Aimengart

Dans le Languedoc du XIIIe siècle, les femmes évoluent dans des cadres sociaux et religieux dominés par les hommes. Toutefois, grâce à l’image de la femme dans la théologie cathare et surtout au rôle sacerdotal accordé aux femmes dans la vie religieuse cathare, les femmes peuvent dans une modeste mesure entrouvrir les portes de cette domination masculine. De plus, l’enracinement de la religion cathare dans le quotidien et dans les structures sociales existantes des villages languedociens permet aux femmes d’ancrer leur vie religieuse dans les cadres sociaux établis, dans la vie sociale féminine du quotidien ainsi que dans leur rôle traditionnel de gardienne de la foi dans la famille, d’éducatrice, de gestionnaire de la maison et aussi de soignante auprès des malades.
C’est précisément cette conjonction entre une religion plus ouverte à la participation féminine au sacré et l’ancrage dans ce « monde de femmes » au village, qui leur offre un cadre favorable pour évoluer dans une sorte de « monde parallèle » – un espace de liberté où elles deviennent actrices de leur propre vie et notamment de leur vie religieuse.

8. LE RÊVE DE PROMÉTHÉE, Comprendre la nature à travers les arts, la science et la religion Sergi Grau Torras historien et médiéviste à l’Université de Barcelone, auteur de Cátaros e inquisición en los reinos hispánicos, ss. XII-XIV 

L’une des questions posées par Antoine Gadal dans ses écrits est la nécessité d’établir une vision commune pour aborder la relation entre la science et la religion, et plus spécifiquement entre la foi et la raison comme moyen d’atteindre la connaissance. A partir de la Renaissance, une nouvelle façon d’interpréter la nature va émerger qui fait fusionner la vision intuitive avec une conscience basée sur la raison. Depuis lors et jusqu’à aujourd’hui, nous trouvons plusieurs témoignages qui mettent en évidence, d’une manière ou d’une autre, le lien entre la science et la religion non seulement dans la manière de comprendre la nature, l’univers et les lois de la nature, mais aussi lorsqu’il s’agit d’acquérir des connaissances. Dans cette conférence, nous découvrirons au travers de différents témoignages de l’histoire des sciences qui se sont inspirés de ce principe que l’interaction entre la science, les arts et la religion est indispensable pour produire la connaissance scientifique.

9. TRANSMISSION DE L’ESPRIT LIBRE,  A. Gadal – l’homme, le visionnaire, le gardien Peter Huijs études d’art et d’archéologie, auteur de Appelés par le cœur du monde

Qu’est-ce que l’esprit libre ? Cela veut-il dire que l’on est libre de penser ce que l’on veut ? Au contraire, c’est toujours le résultat d’une discipline mentale bâtie sur des bases scientifiques, sociales et spirituelles suffisamment solides.

En étudiant la vie d’Antoine Jules Gadal, on découvre qu’il a toujours travaillé à trois niveaux :

  • au niveau scientifique, comme député du département de l’Ariège dans la Société Préhistorique Française, avec ses amis et archéologues l’Abbé Mir de la commune d’Ussat-Ornolac, le comte Henri Bégouën, le commandant François Octobon, et le capitaine Jean-Louis Boudon en spéléologie ;
  • sur le plan social, en tant qu’enseignant auprès des jeunes et en tant que président du Syndicat d’Initiative d’Ussat-les-Bains, des Thermes, et responsable de l’accessibilité des grottes ;
  • et sur le plan spirituel, pour tous ceux qui sont venus méditer dans le silence impressionnant des vastes cavernes et contempler leur immensité.
    Il se considérait comme un gardien de l’héritage spirituel du Sabarthez ; c’est à lui qu’Adolphe Garrigou avait confié la transmission de l’esprit libre, de l’esprit révolutionnaire individuel et spirituel. Tout au long de sa vie, il s’est efforcé de transmettre cet appel à de dignes successeurs.

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE (PDF)

BROCHURE À TRAVERS ISSUU

INSCRIVEZ-VOUS ET PAYEZ SUR LE SITE EVENTBRITE

Il n’est possible de commander qu’un billet à la fois pour le symposium. Pour tout billet supplémentaire il faut se reconnecter à partir de la procédure de départ.